Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut

Titre : Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut

Auteur : Mitch Albom

Édition : Oh Éditions

Titre original : The Five People You Meet in Heaven

Traductrice : Edith Soonckindt

Parution : Le 6 mai 2004

Nombre de pages : 288

« Nous avons tous notre petite idée sur le Ciel. Cette histoire est racontée pour que les gens qui ont pu croire leur passage sur terre sans importance se rendent au contraire compte qu’ils en ont eu beaucoup, et aussi combien ils ont été aimés. »
Cinq personnes que vous avez croisées de votre vivant vous attendent là-haut. Leur sort est intimement lié au vôtre, et pourtant vous ne les connaissez pas forcément. Ces cinq rencontres, belles ou terribles, vous révèleront les fils invisibles qui nous relient tous les uns aux autres.
Ignorant tout cela, le vieil Eddie, chargé de l’entretien des manèges d’une fête foraine, fait ses premiers pas là-haut. Au fil des rencontres qui lui sont destinées, il découvrira les clefs de la vérité pour plonger enfin dans une bienfaisante éternité.

Voici un livre que je n’aurais certainement jamais lu … Mais voilà, des amis me l’on conseillé et prêté en me faisant l’éloge du roman et de l’auteur. Bien leur en a pris, j’ai passé d’excellents moments en compagnie d’Eddie et des cinq personnes qu’il a rencontrées là-haut.

Bon ce n’est pas le roman du siècle autant vous le dire tout de suite, mais c’est une très jolie histoire qui contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord ne traite pas de la mort mais plutôt de la vie. Et si nous laissions tous une trace indélébile sur terre et dans la vie de plein de personne lors de notre passage sur terre ? Voilà à quelle question ce joli roman essaye de répondre.

Alors oui, les mots sont simples et parfois on peut regretter que l’auteur n’ai pas été plus loin dans ses idées et qu’il ne nous ai pas emmené encore beaucoup plus loin dans la vie d’Eddie et de Ruby Pier, mais quand on y réfléchit bien, tout y est, c’est simple comme une fête foraine, comme une grande roue ou comme les montagnes russes. Effectivement, Eddie « Entretien » travaille comme technicien dans une fête foraine sur le bord de l’océan et il y a travaillé toute sa vie. J’ai adoré la parabole entre la fête foraine et la vie, j’ai trouvé la comparaison totalement adéquat. En effet, une fête foraine est en perpétuelle évolution pour rester au goût du jour, elle se cherche, teste de nouvelles attractions, de temps en temps se loupe et … Et bien c’est un peu comme la vie quand on regarde bien…

Donc voilà, ce roman n’est pas un coup de coeur, mais fait parti de ces lectures qui me font du bien au moral et qui laisse leur emprunte au fond de moi. Je vais du coup essayer de découvrir un peu plus cet auteur que je ne connaissais absolument pas.

Ma note : 07 / 10

Chronique initialement parue le 11 septembre 2018


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s