Retour de service

Titre : Retour de service

Auteur : John le Carré

Édition : Seuil

Titre original : Agent Running in the Field

Traductrice : Isabelle Perrin

Parution : Le 28 mai 2020

Nombre de pages : 304

À quarante-sept ans, Nat, vétéran des services de renseignement britanniques, est de retour à Londres auprès de Prue, son épouse et alliée inconditionnelle. Il pressent que ses jours comme agent de terrain sont comptés. Mais avec la menace grandissante venue de Moscou, le Service lui offre une dernière mission : diriger le Refuge, une sous-station du département Russie où végète une clique d’espions décatis. À l’exception de Florence, jeune et brillante recrue, qui surveille de près les agissements suspects d’un oligarque ukrainien.
Nat n’est pas seulement un agent secret. C’est aussi un joueur de badminton passionné. Tous les lundis soir dans son club il affronte un certain Ed, grand gaillard déconcertant et impétueux, qui a la moitié de son âge. Ed déteste le Brexit, déteste Trump et déteste son travail obscur. Et c’est Ed, le plus inattendu de tous, qui mû par la colère et l’urgence va déclencher un mécanisme irréversible et entraîner avec lui Prue, Florence et Nat dans un piège infernal.
Avec Retour de service, John le Carré, en éminent chroniqueur de notre époque, livre un portrait du monde que nous habitons, glaçant, délicatement satirique et porté par une tension constante.

En premier lieu, je tiens à remercier les éditions du Seuil et BePolar pour l’envoi de ce roman. Pour moi, il s’agit d’une découverte de John le Carré pourtant auteur prolifique.

Avec Retour de service, John le Carré, nous propose un vrai roman d’espionnage, mais attention, ici, ne vous attendez pas à avoir des espions à la Mission Impossible ou à la James Bond, vous serez déçus. Dans ce roman, il s’agit d’hommes et de femmes que vous croiseriez dans la rue sans que vous y prêtiez attention. Pas d’action, de voitures sportives, de belles femmes à moitié nues, mais des intrigues politiques, de la surveillance et des secrets gouvernementaux. Alors oui, dit comme ça, cela ne casse pas trois pattes à un canard, mais ne vous y trompez pas cela reste très intéressant.

Donc, oui, j’ai aimé ce côté espionnage, ce côté qui rend réel ce milieu méconnu mais voilà, dans ce roman, cela manque de rythme. Je suis resté tout du long de ma lecture à attendre qu’il se passe quelque chose mais en fin de compte pas grand chose. J’ai aimé le côté politique bien présent dans Retour de service, John le Carré dévoile une critique acerbe de la société d’aujourd’hui et c’est vraiment un gros point fort de ce roman.

Les personnages sont plutôt intéressants, Ed, Florence et Nat tout particulièrement. J’ai bien aimé entrer également dans le monde du badminton, je trouve qu’il est rare que ce sport soit évoqué dans des romans et c’est une très bonne idée. J’ai par contre été un peu déçu par la fin de ce roman qui pour le coup, elle, se passe à mille à l’heure mais se conclue tellement vite que l’on en profite pas. J’aurais aimé en apprendre davantage sur les conséquences.

Voilà, en gros, un roman que j’ai apprécié même s’il manque de rythme à mon goût.

Ma note : 08 / 10

Chronique initialement parue le 19 juin 2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s