Dix petits nègres

Titre : Dix petits nègres

Autrice : Agatha Christie

Édition : Le Livre de Poche

Titre original : Ten Little Niggers

Traducteur : Louis Postif

Parution : Le 14 mai 1975

Nombre de pages : 317

Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l’île du Nègre, invités par un mystérieux M. Owen, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?

Enfin une chronique de La Reine du crime sur mon blog, et il était temps je pense. En effet, j’ai lu très tôt pendant mon adolescence tous les romans de Agatha Christie, je suis tombé en admiration pour Hercule Poirot et Miss Marple. J’ai donc décidé de temps en temps de me lancer dans des relectures de ces romans policiers qui sont à mon avis la base pour les amateurs du genre.

J’ai choisi comme première relecture, Dix petits nègres qui fut le second roman que j’ai lu de Agatha Christie. Et comme je pouvais l’espérer j’ai enchainé les pages et passé un super moment. Bon, ok je connaissais l’histoire mais il y avait tellement longtemps que je l’avais lu que je me suis laissé prendre au jeu de l’angoisse.

Dix petits nègres, est un huis clos extrêmement bien ficelé et angoissant à souhait et il a été écrit en 1939, c’est tout juste génialissime. Le fil rouge de se roman est une comptine d’enfant et les morts vont se succéder au rythme des couplets de cette dernière faisant monté la tension des personnages et les mettant dans un stress psychologique tellement bien décrit. Mais cela fait aussi monter la tension du lecteur l’empêchant de fermer son livre avant la fin. Et quelle fin ?

Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu ou qui l’ont lu pour la première fois, je vous met au défi d’avoir deviné qui est le coupable et la manière dont il s’y ai prise.

Agatha Christie mérite amplement son surnom de « La reine du crime » avec ce roman qui est après Le crime de L’Orient-Express mon préféré de cette auteur.

Ma note : 10 / 10

Chronique initialement parue le 25 février 2018


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s