Maître des eaux

Titre : Maître des eaux

Auteur : Patrick Coudreau

Édition : La Manufacture de Livres

Parution : Le 3 janvier 2020

Nombre de pages : 224

Au village, on disait de cette famille qu’elle était étrange, que l’eau leur obéissait et que les catastrophes arrivaient par eux. Et puis, il y eut l’incendie et tout rentra dans l’ordre. Aujourd’hui, le fils est revenu avec l’envie de régler ses comptes. Il a amené avec lui la pluie qui ravage tout, car lui aussi, dit-on, sait converser avec l’eau. Maintenant il se cache au coeur de la nature, quelque part près du village, voulant se faire oublier et une gamine a décidé de lui venir en aide. Mais pour les hommes du village, la traque est ouverte et ne s’arrêtera que quand cette affaire sera définitivement réglée…
Avec ce premier roman qui se lit d’une traite, Patrick Coudreau nous invite dans un univers littéraire plein de suspense, de poésie et de magie.

Un grand merci à Marie-Anne de La Manufacture de Livres qui m’a permit de découvrir ce roman qui sort en librairie cette semaine.

Maître des eaux est un roman que j’ai trouvé assez sombre. En effet tout part d’un drame que l’on peut qualifier d’horrible. Ce roman nous raconte l’histoire d’un petit village et de ses habitants, l’histoire d’une famille ayant décidé de s’installer dans ce village, mais n’ayant jamais été acceptée.

Patrick Coudreau nous montre dans son roman la noirceur et la méchanceté humaine envers l’inconnu et la différence. Sous fond d’insultes, de racisme, d’antisémitisme et d’une folie incroyable, il nous plonge dans cette histoire et dans la tête des différents protagonistes. C’est vraiment très bien écrit, par moment même très poétique, la plume est simple mais incisive, c’est un roman qui se lit d’une traite.

J’ai bien aimé le petit côté fantastique présent dans ce livre et le fait que l’on ne nous donne pas d’explications, il y a de ce fait un mystère planant tout au long de la lecture qui rend celle-ci attrayante. Ce côté fantastique justement, met en avant un personnage qui a toute son importance dans ce roman, il s’agit de la nature. Et c’est là également un point fort, cette nature est extrêmement bien décrite et c’est très beau à lire.

Par contre, il y a quelque chose qui m’a un peu dérangé dans ma lecture, c’est l’impossibilité de me situer au niveau de l’époque. En effet, il n’y a pas de marqueur de temps précis, au début de ma lecture, je pensais me situer dans la période d’après-guerre, puis ensuite un plus dans les années 70/80 et au final on me sort des téléphones portables … Cela m’a complètement paumé et ce n’est pas le plus agréable pour moi.

Voilà, en tout cas c’est un très bon roman, avec une belle morale et une merveilleuse nature. Je vous le recommande.

Ma note : 08 / 10

Chronique initialement parue le 3 janvier 2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s