Tout pour plaire

Titre : Tout pour plaire

Autrice : Ingrid Desjours

Édition : Pocket

Parution : Le 10 septembre 2015

Nombre de pages : 608

En apparence, votre mari et vous avez « tout pour plaire ».
Mais depuis longtemps, déjà, votre couple dérange. Parce qu’une brillante jeune femme comme vous n’a pu tout abandonner pour se consacrer à son riche mari sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu’un séducteur avide de pouvoir comme lui n’a pu obtenir votre dévotion que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques. Alors quand votre séduisant beau-frère vient s’installer chez vous, les esprits s’échauffent davantage. Et la disparition suspecte de sa femme n’arrange rien. Oui, vos voisins guettent le drame… Mais ils sont encore très loin d’imaginer la tragédie qui va réellement se jouer …

Comme vous le savez maintenant, je me suis lancé à la découverte d’Ingrid Desjours grâce à un concours que j’ai remporté avec comme lots, le dernier roman de cette dernière, Les Fauves et la rencontre avec l’auteure le 4 novembre sur Paris. Ne connaissant pas du tout Ingrid Desjours, j’ai donc entrepris de lire plusieurs de ces romans. J’ai donc commencé par Sa vie dans les yeux d’une poupée, qui a été un coup de cœur. Et j’ai enchaîné ensuite avec Tout pour plaire .

Comme le livre précédent, nous nous retrouvons avec un thriller psychologique qui laisse des traces après sa lecture. Nous avons à faire ici, à un couple marié dont le mari, David, est un séducteur et un professionnel de la confiance en soi, un peu imbus de lui-même . Sa femme, Déborah, est totalement dévouée à son mari, et n’a pour ainsi dire aucune liberté, tout tourne autour de l’homme. Jusqu’à l’arrivée de Nicolas, le jeune frère de David, qui vient de subir la disparition de sa femme. Pour le moment, rien de bien original, c’est ce qui a fait, je pense, que j’ai eu du mal à rentrer dans cette lecture. Les premiers chapitres sont consacrés à la descriptions des personnages principaux, donc, il y a nos deux frères et la femme du plus âgé, mais également, un commandant de la police judiciaire Sacha Mendel.
Et puis, tout doucement, presque sournoisement, sans que je m’en rende bien compte, Ingrid Desjours, grâce à sa façon de raconter son histoire, m’a complètement happé dans son récit, au point de ne plus pouvoir lâcher mon livre.

Comme dans ma première lecture de cette auteure, les personnages sont terriblement bien dépeints. Il y a cette façon dont elle a de décrire, les sentiments, les pensées et les attitudes, cela prend souvent plusieurs lignes voir pages, mais du coup, on comprend les personnages, on ressent leurs angoisses, leurs peurs et leurs envies … Il y a un côté très psychologique, voir psychanalyste dans cette façon de décrire les choses. En même temps, le premier métier d’Ingrid Desjours est psychologue donc, il ne faut peut-être pas chercher plus loin. Mais, n’empêche que grâce ou à cause de cette plume, j’ai plusieurs fois aimé, puis détesté les personnages de ce roman.

L’intrigue, quant à elle, il y a depuis le début la révélation d’un secret entre les deux frères, mais on ne sait pas de quoi il s’agit. Petit à petit, l’auteure nous délivre par-ci par-là un indice pour nous tenir accroché à notre lecture. Il y a des retournements de situations, sans arrêt, plusieurs fois pendant ma lecture, je me suis dit « mais j’y comprend rien » … Du coup, on est obligé de continuer à tourner les pages sans pouvoir s’arrêter. On va de rebondissements en rebondissements, une intrigue en emmenant une autre … Au départ, ce qui semblait être deux intrigues bien distinctes, se croisent pour n’en former qu’une seule. Et même si j’avoue que je me suis douter rapidement de qui actionnait les rouages de cette affaire, j’ai eu comme le commissaire Mendel chargé de l’enquête le sentiments lors de la révélation finale que le ciel s’effondrait sur ma tête.

J’ai donc encore une fois eu un gros coup de cœur pour un roman d’Ingrid Desjours. Le plus de ce livre, est aussi la porte ouverte à une suite ou à une nouvelle enquête de Sacha Mendel, car il reste un mystère non élucidé, que vous découvrirez à la lecture de ce thriller. En espérant que, Les Fauves, soit de la même trempe que mes deux dernières lectures.

Ma note : 10 / 10

Chronique initialement parue le 18 octobre 2015


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s