La femme sans ombre

Titre : La femme sans ombre

Autrice : Christine Féret-Fleury

Édition : Denoël

Parution : Le 16 mai 2019

Nombre de pages : 256

Sa passion? L’opéra. Son métier? Tueuse à gages.
Elle n’a pas de nom. Se tient à distance, de tout et d’abord d’elle-même. Restauratrice le jour, elle se transforme, la nuit, en machine à tuer.
Quand elle n’obéit pas aux ordres de ses commanditaires, elle court le monde, d’opéra en salle de concerts, pour écouter les œuvres de son compositeur fétiche, Richard Strauss.
Son prochain contrat? Une cheffe d’orchestre à la célébrité naissante…
Elle s’appelle Hope Andriessen. D’origine rwandaise, elle a assisté au massacre d’une grande partie de sa famille. Depuis, la musique est son foyer et sa seule raison de vivre.
Après des années d’efforts acharnés, elle vient enfin d’être nommée à la tête d’un grand orchestre ; juste avant Noël, elle dirigera un opéra de Strauss, La Femme sans ombre.
Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique.
Et le fait que la première va devoir tuer la seconde…

Il s’agit avec ce roman, de mon second partenariat avec le site BePolar, dans le cadre de mon statut d’enquêteur. Je les remercie pour m’avoir sélectionné, ainsi que les Éditions Denoël pour l’envoi du roman.

Ce roman, me prouve encore une fois que j’aime lire, que j’aime cette passion pour la lecture, j’aime le pouvoir qu’a un livre de me faire voyager, soit dans plein de pays, soit dans des lieux imaginaires, soit dans des univers inconnus pour moi. Et c’est le cas avec La femme sans ombre, ce livre m’a transporter dans l’univers de la musique classique et avec les orchestres philharmoniques, c’est un monde que je ne connaissais pas et j’ai trouvé cela super intéressant, déjà un très bon point pour ce livre.

Ensuite, c’est un thriller un peu particulier, il n’y a pas d’action à cent mille à l’heure, le rythme est lent, mais cela installe doucement une pression et une tension qui va se libérer qu’aux toutes dernières pages. J’aime assez la construction de ce roman, on suit deux femmes et un chapitre après l’autre, on alterne avec les points de vues de chacune des deux. C’est le genre de livre qui le soir dans le lit t’empêche de te dire, « à la fin de se chapitre, je ferme et je dors ».

Je vous parlais de deux femmes un peu plus haut, et bien ce sont vraiment les deux personnages centraux de ce roman. Il y a un lien entre-elles, mais celui-ci ne sera jamais dévoilé, ce qui apporte une touche de mystère très appréciable. J’ai beaucoup aimé cette dualité entre la proie et la chasseuse. Ces deux femmes ont chacune un passé qui vient les hanter en permanence, elles sont torturées et cela est magnifiquement retranscrit par la plume de Christine Féret-Fleury.

En bref, vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture qui comme dit plus haut, m’a transporté dans un univers inconnu et m’a appris pas mal de chose sur entre autre Richard Strauss.

Ma note : 09 / 10

Chronique initialement parue le 5 juin 2019


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s