La Châtreuse se pâme

Titre : La Châtreuse se pâme

Auteur : Carl Gengenwin

Édition : Auto-édition

Parution : Le 13 mars 2019

Nombre de pages : 389

Castrer un gros pervers, c’est bien beau, mais quand ledit pervers s’avère être le roi, et quand le sadique prévoit justement une invasion des derniers territoires inconquis à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde, on se rend vite compte que c’est surtout inconscient. Dans ce cas-là, c’est la fuite ou la mort et ça, Lyanna l’a très bien compris. Mais peut-on vraiment fuir avec une armée collée au cul ?

Quand Marvin se voit téléporté dans un monde médiéval sans foi ni loi, il est forcé de faire ce qu’il méprise le plus au monde pour parvenir à rentrer chez lui : demander de l’aide. Pire ! Le malheureux doit s’acoquiner à un vieillard qui se prend pour un zombie, une pauvre loque malchanceuse, deux ivrognes sanguinaires et une jeune femme poursuivie par 80 000 trouffions.

Tout d’abord, je tiens à remercier Carl Gengenwin, qui suite à ma demande a accepté de m’envoyer son premier roman.

Et pour un premier roman, on peut dire qu’il fait très fort, je n’avais jusqu’à présent jamais lu de livre de ce genre. D’ailleurs c’est un mélange de genres, de l’héroic-fantasy à la science-fiction, en passant par le comique. Pour le coup, c’est complètement déjanté, une fois refermé, je me suis dit, « mais ce n’est pas possible, Carl Gengenwin n’est pas tout seul dans sa tête »…

Dans ce roman, nous suivons plusieurs personnages, tous très charismatiques et plus fous les uns que les autres. Certains vont finir par former une sorte de communauté – pas de l’anneau … mais on en ai pas loin  – et vont partir dans une quête très intéressante avec beaucoup de rebondissements assez loufoques.

Il y a beaucoup d’humour dans ce roman, mais de l’humour parfois noir, parfois gore cela fait vraiment parti du style de la plume de l’auteur. Il insère dans son récit des références cinématographiques, télévisuelles – J’en ai gros, comme dirait Perceval  – littéraires et même historiques. Il y a des répliques ou des scènes qui peuvent perturbées les lecteurs mais dans l’ensemble que représente ce roman, au final tout est bien ficelé et le tout est efficace.

Ce fut pour moi une lecture super originale, très rafraîchissante et je dois dire surprenante jusqu’à la fin, malgré un dernier tiers qui fut pour moi un peu plus laborieux du fait que cela part un peu dans tous les sens. Au final, je suis content d’avoir découvert cette jeune plume originale et j’ai hâte de découvrir le tome 2 qui devrait paraître cet été.

Ma note : 07 / 10

Chronique initialement parue le 23 juin 2019


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s