Les Étoiles, la neige, le feu

Titre : Les Étoiles, la neige, le feu

Auteur : John Haines

Édition : Gallmeister

Titre original : The Stars, the Snow, the Fire: Twenty-five Years in the Northern Wilderness

Traductrice : Camille Fort-Cantoni

Parution : Le 1er octobre 2020

Nombre de pages : 256

Pendant vingt-cinq ans, John Haines a vécu dans une cabane isolée au cœur des étendues vierges de l’Alaska, menant une existence rude et solitaire de pionnier moderne. Couper du bois, tracer une piste, piéger une marte, dépecer un élan, faire ses réserves de saumon : une vie simple, aventureuse et libre, au rythme d’une nature sauvage envoûtante. Avec sérénité, il transforme son expérience intime en un récit initiatique et intemporel, où le moindre événement trouve sa résonance en chacun de nous.

Les étoiles, La neige, Le feu quel beau titre pour ce magnifique roman de Nature Writing. Ce roman a initialement été publié sous le titre « Vingt-cinq ans de solitude », il fait parti des trois premiers titres parus chez Gallmeister, c’était en 2006 et il était accompagné du roman d’Edward Abbey, Le gang de la clef à molette et du Petit traité de philosophie naturelle de Kathleen Dean Moore.

Dans cette période compliquée pour moi, j’avais besoin de Gallmeister et d’un roman qui me permettait de me plonger dans les grands espaces américain. J’avais besoin d’un roman pour m’évader et prendre l’air et c’est exactement ce que m’a permis de faire ce livre de John Haines.

Envoutant c’est un des adjectif que l’on peut donner à se roman. Il y a vraiment quelque chose d’envoutant, d’enchanteur voir de féérique dans les morceaux de l’histoire de cet homme. Comme il le précise en préambule, il a écrit ces lignes bien longtemps après avoir passé ces vingt-cinq années dans le Grand Nord, en Alaska. Et en le lisant, j’ai vraiment eu cette impression de hauteur, comme s’il portait un regard très haut sur ce qu’il a vécu toutes ces années, un regard humble, le regard d’un homme ivre des sensations éprouvées et de cette nature enchanteresse, brute et somme toute magnifique.

Ce roman, est construit sous forme de nouvelles, de morceaux de vie, d’histoires racontées par des hommes du Nord que nous retransmet John Haines, de légendes parfois même et d’introspective sur l’humanité et sa place dans cette nature et dans ce monde. J’ai vraiment apprécié ce qu’il y avait à lire entre les lignes de ce roman. Plusieurs passages m’ont touchés et énormément plus, ceux de l’ours et des chauves-souris par exemple.

Ce n’est donc pas tout à fait un roman, ce n’est pas non plus tout à fait des légendes, pas tout à fait non plus une véritable autobiographie, je dirais que c’est un peu de tout cela et c’est ce qui est merveilleux dans ce livre. Un grand merci à John Haines de nous avoir partagé cela et à Gallmeister de nous permettre de le lire.

Ma note : 09 / 10

Chronique initialement parue le 22 novembre 2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s