Les itinéraires d’un Rêveur

Titre : Les itinéraires d’un Rêveur

Auteur : Jean-David Lavrut

Édition : Auto-édition

Parution : Le 24 juin 2017

Nombre de pages : 190

Depuis près de 15 années, Jean-David Lavrut se passionne pour la poésie, sous toutes ses formes, en vers et en prose, écrite et orale, en français, en anglais et en espagnol. Plus qu’une passion, la Poésie est pour lui une philosophie de vie, une vision du monde qui lui permet de voir le meilleur dans chaque chose, de saisir la réalité, de se laisser impressionner, de sentir et ressentir le monde qui nous entoure.
Lecteur et écrivain, il a composé plus de 350 poèmes et réalisé ce livre qui est le résultat de 8 années de travail pour atteindre un équilibre entre la forme et le fonds puisqu’il joue sur les 6 sens : toucher, sentir, goûter, écouter, voir et penser.
Les Itinéraires d’un Rêveur est une histoire entièrement écrite en alexandrins racontant le voyage initiatique du jeune André à travers une aventure fantastique où la musicalité des vers vient appuyer et renforcer le sens des mots mais également partager une philosophie de vie.

J’ai partagé hier ma joie et ma reconnaissance sur Instagram, en effet grâce à ce réseau social et à la super communauté #bookstagram, j’ai découvert ce livre, Les Itinéraires d’un Rêveur, avec cette couverture discrète et élégante. Je me suis donc commandé ce livre et il est venu grossir ma PAL, déjà bien conséquente. Mais je ne sais pas trop pourquoi, moi qui a l’habitude d’acheter plein de livres et de les laisser une éternité dans ma pile à lire, celui-ci m’appelait et trottait dans ma tête, je l’ai donc prévu dans mes lectures de ce mois de mars. Bien m’en a pris je dois dire, vous allez le comprendre en continuant à me lire.

Tout d’abord, ce livre n’est pas un livre comme les autres, c’est la première fois que je li quelque chose de ce genre. Il est écrit en alexandrins … Oui, il est écrit tout en vers et en poésie. Jean-David Lavrut explique que c’est le fruit de 8 années de travail, et je veux bien le croire, c’est un challenge de titan d’arrivé à créer une histoire tout en prose. En tout cas, j’ai été conquis, car c’est beau.

Nous suivons à travers ces vers André, un jeune homme rêvant de découvrir le monde et d’écrire sur ce dernier. André est un poète, un artiste voyant le monde avec des yeux remplis de sincérité et d’amour. C’est comme un voyage initiatique sur la vie et la découverte du monde. Cela m’a fait pensé, avant même ma lecture, à Santiago, le jeune héros créé par Paulo Coelho qui lui aussi réalise un merveilleux voyage dans L’Alchimiste.

Nous avons ici, une histoire mêlant fantastique, philosophie, chimère, mythologie et symbolique. Le tout se mariant à merveille pour faire passer, malgré une histoire de premier abord pas très joyeuse, des messages d’amour et d’espoir, pour la vie, pour l’autre, pour soi. C’est écrit tout en finesse, il y a beaucoup de simplicité et de modestie dans la plume de Jean-David Lavrut, on ressent toute sa passion pour les mots et pour la poésie dans son oeuvre.

Je suis assez content de moi, car avant même de lire la fin, qui explique comment est né ce livre, j’avais trouvé qu’il y avait du Hugo, du Verlaine, du Rimbaud mais aussi du Baudelaire dans l’inspiration de Jean-David. Il y a une sorte de mélancolie dans les poèmes, la même que l’on retrouve chez tous ces grands auteurs.

Ce livre est construit en deux parties, la première étant l’histoire d’André qui est donc écrite tout en alexandrins. La seconde partie, quant à elle est un recueil de poèmes. Ce recueil est très beau et vient parfaitement compléter l’histoire principale, car nous retrouvons avec plaisir des passages de celle-ci dans les poèmes, je ne pense pas me tromper en disant que ce recueil, c’est un peu comme si Jean-David nous proposait de découvrir le petit carnet d’André, celui sur lequel il venait poser tous les mots qui s’invitaient dans son esprit.

Alors voilà, ce livre m’a procuré énormément d’émotions, les mots coulaient en moi comme une belle mélodie, tout me parlait j’ai eu l’impression de faire parti de l’histoire et d’accompagner André dans ses aventures. J’ai même versé ma petite larme car pour le dernier chapitre, Jean-David me surprend encore une fois en laissant un vibrant hommage à son grand-père, André. J’ai forcément fait le parallèle avec le mien, qui s’appelait également André et qui est parti maintenant il y a presque trois ans. Jean-David avec son livre souhaitait ravir petits et grands, les uns pour l’histoire fabuleuse et les autres pour le côté philosophique, moi j’ai été conquis par ces deux côtés car j’ai toujours cette part d’enfance en moi. Je suis convaincu que ce livre doit être partagé et être lu par tous, alors merci Jean-David pour cette découverte, je vais maintenant m’atteler à faire découvrir ton histoire autour de moi.

Ma note : 10 / 10

Chronique initialement parue le 24 mars 2019


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s