Circé

Titre : Circé

Autrice : Madeline Miller

Édition : Pocket

Titre original : Circe

Traductrice : Christine Auché

Parution : Le 02 mai 2019

Nombre de pages : 576

Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…

Comme vous le savez, depuis le mois de septembre je fais des cours par correspondance dans le métier du livre. Et avec mon école, chaque mois est organisé un club de lecture qui s’appelle « la pause autour d’un livre ». C’est dans ce cadre que j’ai lu Circé de Madeline Miller, ce qui est bien tombé j’entendais pas mal parler de ce roman et de cette autrice sur #bookstagram.

Dans ce roman, Madeline Miller nous raconte le mythe de Circé du point de vue de cette dernière. Je ne connaissais pas tellement cette nymphe adepte de la sorcellerie. Du coup, déjà un très bon point car j’ai appris plein de choses. De plus l’écriture, malgré quelques longueurs, est fluide et pour de la mythologie, pas trop compliquée. Même, si je dois l’avouer, les premiers chapitres m’ont un peu perdus avec les titans et les dieux, je n’ai pas tout compris tout de suite.

Circé étant une nymphe immortelle, elle a vu et vécu beaucoup de chose, ce qui est top pour nous lecteurs car cela nous permet de balayer la mythologie grecque sur une grande période. J’ai été surpris et très content de lire un chapitre sur Médée et sur Jason, cela m’a rappelé ma lecture du roman de David Vann, L’obscure clarté de l’air une autre très belle réécriture d’un mythe grec.

J’ai vraiment bien apprécié le personnage de Circé, au départ, on pourrait la considérer comme une femme faible, mais j’ai trouvé que petit à petit elle est devenue forte et puissante au point même de faire plier son père Hélios. J’ai juste un petit bémol, j’ai trouvé que le fait qu’elle devienne sorcière est un peu bâclé, au départ, elle n’a aucun pouvoir et hop d’un coup c’est une super sorcière. Par contre j’ai très apprécié la manière qu’à eu l’autrice de rendre la solitude de Circé présente tout au long du roman.

Voilà donc une lecture agréable que je recommande pour tous les fans de mythologie et même pour les autres.

Ma note : 08 / 10

Chronique initialement parue le 10 novembre 2021


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s