L’affaire Dan Cooper

Titre : L’affaire Dan Cooper

Auteur : Pierre Mikaïloff

Édition : La Manufacture de Livres

Parution : Le 1er avril 2021

Nombre de pages : 272

Novembre 1971. Dan Cooper devient le plus mystérieux des pirates de l’air. Après avoir détourné un Boeing, il saute en parachute au-dessus des forêts de Portland et disparaît à tout jamais avec sa rançon. Pour le journaliste Mark Anderson, cette affaire est une obsession : pendant 45 ans, il a mené l’enquête, essayé de doubler la police, épluché les rapports… Et alors que le FBI décide de classer l’affaire, Anderson entend parler d’un nouveau témoin essentiel. L’occasion de replonger dans ses notes et de revenir sur les interrogatoires de ceux qui, chacun à leur manière, racontent le mystère Cooper et réinventent le mythe du hors-la-loi.
Dans ce roman, Pierre Mikaïloff s’approprie l’une des plus légendaires affaires criminelles américaines. À travers la vie de quelques anonymes, il nous dresse en creux un portrait de l’Amérique, de ses chercheurs d’or contemporains, de ses monstres et de ses doutes.

Un grand merci à l’équipe de La Manufacture de Livres pour l’envoi de ce roman très plaisant.

Je ne connaissais absolument pas l’histoire de Dan Cooper ce criminel qui a jusqu’à présent réussi à échapper à la justice et au FBI. C’est donc une découverte avec ce roman écrit par un français. En plus la structure du livre est vraiment bien choisi, lire des interrogatoires de potentiels Dan Cooper, c’est original. Et ici pas de point de vue d’un flic ou d’un agent du FBI, les protagonistes sont un journaliste à la retraite complètement obsédé par cette affaire et son jeune remplaçant.

J’ai aimé la sensation créée par l’auteur de l’obsession de son journaliste, à un moment je me suis même posé la question de savoir si au final ce n’était pas lui. Découvrir tous ces portraits de soi-disant Dan Cooper fut très intéressant. Le FBI bute sur cette enquête depuis 1971 à tel point qu’en 2016 ils décident d’abandonner officiellement les recherches. Le roman amplifie les choses et le nombre de suspects et critique aussi le « sacré saint » Bureau Fédéral d’Investigation. Pierre Mikaïloff les égratigne vraiment en montrant un manque de structure et une envie tellement forte de résoudre ce crime qu’ils seraient prêts à carrément inventer un coupable. J’ai été captivé par le cheminement emprunté par les journalistes, c’est une vrai réussite.

Mais plus que l’enquête, ce qui m’a plu avec ce roman c’est le portrait de cette Amérique qui s’enlise avec la guerre du Vietnam. À travers les interrogatoires des suspects, on découvre des américains, anciens soldats souvent complètement mis de côté par le pays pour lequel ils se sont battus. On découvre en toile de fond une Amérique forte mais aussi pauvre et raciste.

Le final est venu complètement me surprendre et finir de me rendre cette lecture vraiment très plaisante. Je recommande fortement.

Ma note : 08 / 10

Chronique initialement parue le 19 mai 2021


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s