La Fille tatouée

Titre : La Fille tatouée

Autrice : Joyce Carol Oates

Édition : Points

Titre original : The Tattooed Girl

Traducteur : Claude Seban

Parution : Le 25 octobre 2018

Nombre de pages : 408

Affaibli par une étrange maladie, le riche et estimé Joshua Seigl se voit contraint d’engager un assistant. Contre toute attente, le choix de l’écrivain se porte sur Alma Busch, dite la « Fille tatouée », illettrée et démunie, le corps recouvert de mystérieuses cicatrices déguisées en tatouages. Fragile et docile en surface, Alma nourrit à l’égard de son patron une haine grandissante et malsaine…

Je découvre enfin cette autrice que l’on m’a chaudement conseillée sur Instagram. Joyce Carol Oates a écrit une tripotée de romans, mais jusqu’à présent je n’avais jamais eu l’occasion de la lire, c’est donc chose faite avec La fille tatouée.

J’avoue que avant même de commencer ma lecture, je ne savais à quoi m’attendre, à première vue, à la lecture de la quatrième de couverture, à un roman plutôt noir … Mais voilà, maintenant que je l’ai fini, je suis toujours dans la même expectative … Était-ce noir ? De mon point de vue, pas plus que cela. Était-ce un huis clos (comme j’ai pu le lire quelque fois) ? Je ne pense pas. Érotique ? Encore une fois, je n’ai pas trouvé. Alors, comment pourrais-je classer cette lecture ? En mettant en ordre mes pensées sur ce roman, je pourrais dire qu’il s’agit d’un roman sombre, d’un roman venant mettre en altercation deux mondes complètement opposés, une sorte de roman sur les inégalités sociales.

Plusieurs choses m’ont gênées dans cette lecture, tout d’abord, toutes les évocations de l’holocauste (certains le savent, mais j’ai un énorme blocage sur tout ce qui concerne ce sujet et sur les guerres mondiales). Mais surtout, l’antisémitisme présent tout au long de ce roman. Je comprend l’autrice et le pourquoi c’est un sujet extrêmement présent dans son roman, mais cela m’a vraiment gêné. Il y a également le fait que au final, j’ai l’impression qu’il ne s’est pas passé grand chose. Une fois ma lecture terminée, j’étais presque à me dire : « Tout cela pour çà ! ».

Par contre, la plume de Joyce Carol Oates est soignée et riche, c’est totalement le style que j’apprécie. J’ai aimé la façon qu’elle a de sonder l’humain, la manière dont elle a mis en confrontation deux mondes complètement à l’opposé. Elle décrit parfaitement l’ignominie humaine, le dégoût des classes sociales envers les autres, la tourmente et l’hypocrisie qui vient s’emparer des personnes lorsqu’elles côtoient l’autre et la différence.

Les deux personnages principaux sont vraiment intéressants, Joyce Carol Oates explore le tréfonds de leurs âmes et de leurs sentiments. Et là est toute la force de ce roman, les changements que chacun d’eux vont ressentir au contact de l’autre, les tourments de leurs pensées, cette rencontre tellement improbable qu’elle finie en folie telle l’ombre planant sur ce roman.

Au final, ce n’est pas un roman qui me laissera un souvenir impérissable, mais je suis tout de même content d’avoir découvert la plume de cette grande autrice. Je serais d’ailleurs curieux d’avoir vos conseils pour continuer mon exploration de son oeuvre littéraire qui est très riche.

Ma note : 06 / 10

Chronique initialement parue le 19 février 2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s