Clepsydre sur Seine

Titre : Clepsydre sur Seine

Auteur : Bertrand Puard

Édition : du Rocher

Parution : Le 5 juin 2019

Nombre de pages : 256

Heurteauville, microscopique village coincé à l’ombre de l’abbaye de Jumièges, n’aurait jamais dû apparaître sur les écrans radars d’Ewan Lahuppe, jeune Parisien de 13 ans bien dans ses baskets !
Alors quand son père Antoine, flic mythique du 36, quai des Orfèvres, lui annonce qu’ils partent s’y installer avec sa demi-soeur Chloris et sa belle-mère Marie, Ewan se cabre.
Heauteauville… mais c’est nulle part !
Peut-être…
Si l’on veut bien faire abstraction de la présence d’une des plus grandes communautés scientifiques d’Europe qui y travaille en secret et d’un afflux de milliardaires que rien ne permet d’expliquer.
Si ce n’est un gisement de cristaux de temps, piégé dans les dépôts alluvionnaires de la Seine, qui rendrait – théoriquement – possible le voyage dans le temps.
Entre catastrophe écologique et résolution d’un crime américain vieux d’un siècle, Ewan, Chloris et Alicia, l’héritière de l’empire pétrolier Cobblepot, auront tôt fait de passer la théorie à la pratique !
Dans une course contre la mort et le temps, les trois héros vont devoir éprouver leurs limites pour éviter les pièges meurtriers de Clepsydre-sur-Seine !

Je suis tombé sur ce roman jeunesse lors de la venue de Bertrand Puard à la librairie Au Temps des Livres de Sully Sur Loire. J’y allais à la base pour son dernier thriller, Ristretto, mais je me suis laissé attiré par ce roman jeunesse car les thèmes de l’écologie et du voyage dans le temps me passionne.

Tout d’abord, il faut savoir que je ne lis pas très souvent des romans dits jeunesse, car je les trouve assez compliqués à chroniquer. Effectivement, n’étant pas le public visé en priorité par l’auteur, il faut réussir à mettre de côté ses propres attentes. Une fois cela dit, voyons voir un peu plus en détail ce que j’ai pensé de cette histoire.

Commençons par les personnages, il y a quatre jeunes enfants, quatre petits héros qui sont bien sympathiques. Je pense que pour de jeunes lecteurs il ne doit pas être trop difficile de s’identifier à eux. Avec mon regard, je trouve par contre qu’il y a tout de même un sacré décalage entre les adultes du romans et les enfants, je me suis demandé plus d’une fois qui étaient les plus matures. Du coup, pour les adultes du roman, clairement ils sont en second plan, à part 2/3 qui viennent apporter un peu de mystère ou de frissons, ce ne sont pas eux les héros de ce livre.

J’ai bien aimé la manière dont l’écologie est abordée par Bertrand Puard, c’est simple, donc compréhensible pour les plus jeunes, mais c’est aussi percutant. Il part en gros sur une catastrophe écologique liée à la surexploitation pétrolière mais tout en dénonçant le tout pétrole il propose des alternatives aux lecteurs pour les sensibiliser. J’aime beaucoup l’engagement que peuvent avoir certains auteurs auprès des plus jeunes sur ce thème. Concernant le thème du voyage dans le temps, personnellement cela a toujours été quelque chose m’attirant, ici c’est vraiment sympa d’autant plus que même si cela reste un roman jeunesse, l’auteur n’a pas occulté les distorsion du temps.

Le petit plus est la petite enquête menée par nos jeunes héros que cela soit dans le présent ou dans le passé, c’est facile mais pour de jeunes lecteurs je pense que ça doit être intriguant.

Voilà, les romans jeunesses ne sont pas forcément ma « came » comme on dit mais j’ai apprécié lire celui-ci d’autant plus que la fin laisse présagée une suite que je lirai avec plaisir.

Ma note : 7.5 / 10

Chronique initialement parue le 14 juillet 2019


Une réflexion sur “Clepsydre sur Seine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s