Inconstance des souvenirs tropicaux

Titre : Inconstance des souvenirs tropicaux

Autrice : Nathalie Peyrebonne

Édition : La Manufacture de Livres

Parution : Le 5 mars 2020

Nombre de pages : 208

Son enfance, elle l’a passée dans un petit pays d’Amérique centrale. Seuls perdurent de ces lointaines années tropicales quelques souvenirs heureux. Jusqu’au jour où une image aperçue sur un écran de télévision fait tout tanguer. Au beau milieu d’un reportage sur les services secrets français, cet homme qu’elle reconnaît, qui « travaillait avec son père ». Ses parents auraient-ils pu être liés au service de renseignement à la fin de la guerre froide ? Son paradis enfantin baigné de soleil cacherait-il un arrière-fond plus trouble ? Ne lui reste plus qu’à fouiller sa mémoire et à remonter le temps, suivre les pistes des vieilles connaissances pour découvrir la vérité.
Nathalie Peyrebonne, dans ce roman sur la quête de l’enfance et de ses rêves étincelants, interroge les mystères de la mémoire, ses pièges et ses tours de force.

Je viens vous parler aujourd’hui, d’un roman qui est sorti en début de mois chez La Manufacture de Livres. Je remercie d’ailleurs Marie-Anne ainsi que toutes l’équipe pour l’envoi de ce livre.

L’inconstance des souvenirs tropicaux est un roman un peu particulier. Tout commence avec une émission télé pendant laquelle la narratrice reconnait un visage … À partir de là, nous sommes plongés dans l’enfance de cette dernière. Je dois avouer que je m’attendais à une sorte de roman enquête sur les traces d’agents secrets. Mais ce n’est pas tout à fait ce que nous offre Nathalie Peyrebonne.

En effet ce roman est plus une plongée dans les souvenirs d’enfance. Ces souvenirs merveilleux que peuvent avoir certains enfants. Vous savez ceux auxquels il ne faut pas toucher … Et bien c’est cela dont il est question dans ce livre. Du coup, pas d’action, pas d’énorme secret dévoilé ni de révélation surprenante. Alors, oui, je ne me suis jamais vraiment senti happé par ce roman, ce qui a donné une lecture assez décousue. Mais au final, quelques jours après avoir refermé ce livre, je me rend compte que les réels intérêts de ce roman sont vraiment les souvenirs. J’ai trouvé très intéressant la manière qu’à l’autrice de nous faire plonger dans un souvenir, puis dans un autre, au gré des pérégrinations de sa mémoire.

Ce que j’ai également apprécié dans ce roman, c’est le Costa Rica et l’Amérique du Sud, c’est une région du monde que je connais peu et j’ai trouvé très intéressant d’en apprendre sur ces pays et sur leur situation géo-politique très mouvementée. Il y a beaucoup de soleil qui transpire des souvenirs.

Au final, c’est un roman assez court qui donne la part belle aux souvenirs d’enfance, dans un pays d’Amérique du Sud, une enfance avec des souvenirs joyeux.

Ma note : 07 / 10

Chronique initialement parue le 18 mars 2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s