La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel

Titre : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel

Auteur : Romain Puértolas

Édition : Le Livre de Poche

Parution : Le 3 février 2016

Nombre de pages : 288

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne Providence Dupois s’apprête à partir en Afrique chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroports en monastères, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L’amour donne des ailes. Êtes-vous prêt à vous envoler ?

Alors, voilà, la lecture de ce livre qui traînait dans ma pal depuis pas mal de temps, n’était pas prévue. C’était sans compter sur la venue à Orléans de Romain Puértolas dans ma librairie préférée – Librairie Nouvelle d’Orléans. Donc me voilà à sortir ce petit livre de ma bibliothèque et à mis plonger.

Ne connaissant pas du tout le style de cet auteur, je n’avais vraiment aucun préjugé sur son écriture et ne savait pas vraiment à quoi m’attendre avec un titre comme celui-ci. Je peux vous dire, que je n’ai pas été déçu un seul instant. J’ai vraiment adoré ce conte.

Car oui, il s’agit d’un conte, une histoire d’amour entre une mère et sa fille adoptive, mais pas que … Ce roman, plein d’humour et complètement décalé est vraiment une belle histoire, avec un beau message à la fin qui m’a touché.

L’humour, ce livre en est plein, c’est une bible des jeux de mots, de noms de personnages marrants, et de personnages plus loufoques les uns que les autres … Il y a également pleins de clins d’œil à des films, des livres, y compris au premier de l’auteur. Romain Puértolas va parler de plein de sujet plus ou moins grave, la politique, les religions, la maladie, le racisme, mais sous le ton de l’humour et de la malice ce qui rend les choses tellement légères que cela fait un bien fou, encore plus dans le contexte actuel.

Pour le coup, j’aimerais avoir votre avis, car à la lecture de ce livre, j’ai ressenti vraiment un sentiment d’urgence dans l’écriture. Je m’explique, la façon dont le livre est écrit m’a donné l’impression de devoir lire très vite, presque avec un sentiment d’urgence. Attention, ce n’est pas du tout négatif à mon sens. Et en même temps que j’écris ces lignes je me dit que en fin de compte, ce n’est pas étonnant quand on voit toutes les aventures qu’a vécue Providence en une seule journée.

Ce livre est avant tout, une très belle histoire et une belle leçon de vie. Et chapeau à l’auteur, je ne m’attendais pas du tout à cette fin, comme quoi, nous avons tous besoin de croire à l’impossible et nous avons tous au fond de nous une âme d’enfant voulant absolument croire à l’imaginaire et au fantastique. Je conseil vraiment ce livre à tout le monde, je suis sûr que comme moi vous aller beaucoup rire pendant votre lecture.

Ma note : 8,5 / 10

Chronique initialement parue le 26 avril 2017


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s