Angélus

Titre : Angélus

Auteur : François-Henri Soulié

Édition : 10 / 18

Parution : Le 6 mai 2021

Nombre de pages : 576

1165. Les corps suppliciés des victimes, qui appartiennent à l’atelier du tailleur de pierre Jordi de Cabestan, ont été déguisés en anges dérisoires. La panique se répand. Certains voient dans ces crimes la main du diable. D’autres soupçonnent les adeptes de cette nouvelle secte que l’on nommera bientôt les  » Cathares « . Au grand scandale de l’Église de Rome, ceux-ci prétendent être les Vrais Chrétiens.
L’archevêque de Narbonne missionne un jeune noble, Raimon de Termes, afin de découvrir l’assassin. Les  » hérétiques  » désignent une des leurs, Aloïs de Malpas, pour les disculper. De son côté, Jordi de Cabestan veut venger ses compagnons. Trois enquêtes labyrinthiques vont les mener vers une vérité qu’aucun d’entre eux n’imaginait.

Angélus est le troisième titre sélectionné pour le Prix France Bleu Grands Détectives.

Alors, j’ai entamé cette lecture avec une certaine crainte, j’avais peur avec ce beau pavé de plus de 500 pages de tomber sur un roman hyper historique. Et au final, j’ai été agréablement surpris avec ce livre.

Plusieurs morts déguisés en anges dans des Abbayes vont être le fil rouge de ce roman. Trois personnages, Raimon de Termes, jeune chevalier nouvellement adoubé, Jordi de Cabestan, maître dans le taillage de pierre et Aloïs de Malpas fervente adepte de la Vrai Religion. Chacun d’eux, en partant d’un endroit différend vont se mettre à enquêter sur ces meurtres. Les chapitres alternent donc avec ces personnages, du coup nous avons trois points de vue et cela permet au roman d’être fluide et de ne pas lasser le lecteur. J’ai beaucoup aimé ces personnages, tous vrais, je n’ai eu aucune difficulté à m’attacher à eux.

Ce roman se passe en 1165, en Occitanie, entre Carcassonne et Narbone, quelques années après l’échec de la deuxième croisade et en pleine période d’expansion des Cathares, considérés comme des hérétiques par Rome. Ce qui constitue un autre point très intéressant de ce roman. J’ai toujours trouvé très intéressant tous ce qui touche à ce mouvement du coup j’ai été content d’en apprendre davantage. De plus j’ai bien aimé les petites guerres et manigances entre les abbés et l’archevêque de Narbone.

Malgré quelques petites longueurs j’ai passé un très bon moment de lecture et surtout, je n’ai pas réussi à trouver le coupable avant la révélation ce qui est un gros plus pour ce genre de lecture.

Ma note : 08 / 10

Chronique initialement parue le 23 avril 2021


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s