En lieu sûr

Titre : En lieu sûr

Auteur : Wallace Stegner

Édition : Gallmeister

Titre original : Crossing to Safety

Traducteur : Éric Chédaille

Parution : Le 7 septembre 2017

Nombre de pages : 416

Deux couples d’enseignants à l’âge de la retraite, amis de longue date, passent leurs vacances dans une maison isolée en pleine forêt. Les uns étaient modestes, les autres mondains, mais l’amour de la littérature, le partage des bonheurs et des épreuves de l’existence ont forgé entre eux un lien aussi indissoluble que nécessaire. Au fil des retours sur le passé, Stegner évoque avec force et émotion le flot de la vie et la puissance du souvenir, tandis que s’invite la promesse de la mort.

Voici donc ma troisième chronique dans le cadre de mon partenariat avec Gallmeister. En lieu sûr de Wallace Stegner qui paraît dans la collection Totem le 07 septembre.

Que dire de ce roman … Disons que c’est une histoire de vie, d’amitié à travers l’Amérique à travers le XXe siècle. C’est l’histoire d’une promesse que malgré des sentiments très fort tel que l’amour et l’amitié, la nature est et restera maître de nos destins.

Cette lecture fut pour moi longue et fastidieuse, du fait de l’écriture qui est très lourde et très recherchée j’ai eu souvent le besoin de lire et relire des passages pour bien comprendre ce que l’auteur souhaitait transmettre. Ce n’est pour ma part pas péjoratif de dire cela, mais disons que je n’ai pas l’habitude de ce genre d’écriture et des tournures complexes utilisées par l’auteur.

A un moment dans ma lecture, (environ vers la page 100) j’ai ressenti ce moment que chacun de nous connais, vous savez, le moment où l’on se sent attrapé, pris au piège, ce moment où l’on sait que l’on ne pourra plus lâcher le livre. Je me suis dit à ce moment là que cela avait valu le coup que je tienne, puis une centaine de pages plus loin, tout s’est essoufflé et je suis retombé dans les mêmes travers que au début du roman.

Mes sentiments après cette lecture sont vraiment mitigés, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais le contraire est aussi vrai. Disons clairement qu’il ne se passe rien dans ce roman. Ce qui est par contre formidable c’est que l’auteur nous le dit à un moment dans son livre, « vous ne trouverez pas de rebondissements, de sang, de drame … » et effectivement rien de tout cela. En gros c’est l’histoire de notre vie à tous en mettant l’accent sur l’amitié la plus importante qui à traversé la vie avec nous.

Alors, oui, l’histoire est belle, la fin est attendue dès le début, oui, il ne se passe rien, oui je peux dire que c’est plat, mais je pense que j’ai compris ce que voulais nous faire partager l’auteur. Il a voulu nous faire partager la vie et nous montrer qu’il n’y a pas besoin de grand chose pour vivre pleinement cette vie qui nous est offerte, juste un peu d’amour et d’amitié.

Par contre, encore une fois le côté « nature writing » qui est vraiment la marque de fabrique de Gallmeister est bien présent et cela rend tellement plaisant la lecture, depuis que j’ai découvert cette maison d’éditions, j’ai vraiment l’impression de voyager à travers l’Amérique alors que malheureusement je n’y ai encore jamais mis les pieds.

Je pense que j’essaierai plus tard de lire d’autres livres de Wallace Stegner, quant à En lieu sûr, je pense qu’il peut plaire à certains, alors n’hésitez surtout pas à venir me dire ce que vous en aurez pensé.

Ma note : 06 / 10

Chronique initialement parue le 4 septembre 2017


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s