Komodo

Titre : Komodo

Auteur : David Vann

Édition : Gallmeister

Titre original : Komodo

Traductrice : Laura Derajinski

Parution : Le 4 mars 2021

Nombre de pages : 304

Sur l’invitation de son frère aîné Roy, Tracy quitte la Californie et rejoint l’île de Komodo, en Indonésie. Pour elle, délaissée par son mari et épuisée par leurs jeunes jumeaux, ce voyage exotique laisse espérer des vacances paradisiaques : une semaine de plongée en compagnie de requins et de raies manta. C’est aussi l’occasion de renouer avec Roy, qui mène une vie chaotique depuis son divorce et s’est éloigné de sa famille. Mais, très vite, la tension monte et Tracy perd pied, submergée par une vague de souvenirs, de rancoeurs et de reproches. Dès lors, un duel s’engage entre eux, et chaque nouvelle immersion dans un monde sous-marin fascinant entraîne une descente de plus en plus violente à l’intérieur d’elle-même, jusqu’à atteindre un point de non-retour. 

Bon, je commence à être un grand fan de David Vann du coup son dernier roman me faisait de l’oeil depuis sa sortie, je n’ai donc pas hésité longtemps avant de me jeter en librairie pour me le procurer. Et je l’ai lu la semaine dernière.

Que vous dire ? Franchement, je suis déçu, je ressors de cette lecture un peu perplexe. Je vais essayer de m’expliquer un peu… Il faut savoir que David Vann est quand même le maître lorsqu’il s’agit de décrire et de disséquer les relations humaines et surtout les relations familiales. Il faut dire qu’avec son bagage, il a une sacré expérience. Dans Komodo, nous n’y manqueront pas, il a choisi de parler de la relation d’un frère avec sa soeur – comme toujours avec Vann, il puise dans son vécu – , mais également du rôle de mère. Je devrais même dire du métier de maman. En l’occurence, c’est réussi, nous sommes bien immergés entre une soeur et son frère ainsi qu’avec une mère et ses enfants.

Mais alors me direz-vous ? Et bien, David Vann, nous a aussi habitués à du noir bien sombre et à des rebondissements qui viennent tout chambouler. Alors qu’avec Komodo, rien … C’est plat, c’est fade même. J’ai attendu le truc qui ferait basculer le roman dans la catégorie des chef d’oeuvres. Je l’ai espéré. Plusieurs fois j’y ai cru. Mais non, au final, il ne se passe pas grand chose et c’est bien dommage. Quand j’ai refermé ce livre, je me suis dis, « Mais, pourquoi ? ».

Après, je ne vais pas nier que le côté plongées en Indonésie fait rêver. Il y a comme toujours avec Vann, un très beau côté Nature Writing qui ici va être mis en exergue grâce à la faune et à la flore marine que l’on trouve près de l’île de Komodo. C’est magnifique, j’ai vraiment kiffé malgré le côté un peu répétitif des plongées qui se succèdent les unes aux autres.

Je n’ai pas aimé la dernière partie du roman, qui pour moi, aurait pu même être un autre roman. C’est vraiment dommage, j’ai vraiment adoré la relation entre Tracy et son frère Roy ainsi que celle entre ce dernier et sa mère. Il y avait une sorte de trio un peu fou qui avait un énorme potentiel mais qui pour moi n’a pas été assez exploité.

Bon, ce n’est pas grave, je ne vais pas en tenir rigueur à David Vann mais je vais me venger en essayant de lire dans les prochains mois les derniers de ses romans que je n’ai pas encore lus. Je suis par ailleurs très curieux d’avoir les avis de ceux qui ont lu ce roman, alors n’hésitez pas à commenter.

Ma note : 05 / 10

Chronique initialement parue le 2 juin 2021


Une réflexion sur “Komodo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s