Montana 1948

Titre : Montana 1948

Auteur : Larry Watson

Édition : Gallmeister

Titre original : Montana 1948

Traducteur : Bertrand Péguillan

Parution : Le 30 avril 2010

Nombre de pages : 176

« De l’été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper. » Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d’une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.

Le Totem n° 1… Je l’ai trouvé sur Vinted il y a quelques temps et je n’ai pas résisté longtemps à l’envie de le lire.

Larry Watson nous offre avec ce roman un grand classique de la littérature américaine. Tout est parfait dans ce roman qui est relativement court. Tout d’abord, le narrateur, un jeune garçon. Cela donne une vision pleine d’innocence et surtout sans voyeurisme. Et puis les autres personnages sont complexes comme j’aime. Surtout le père qui est tiraillé entre son esprit de justice et ses liens familiaux. Surtout l’histoire en elle-même, c’est simple, efficace cela va droit au but, c’est noir, bref c’est du Gallmeister.

J’ai aimé la rudesse de cette histoire, la rudesse des descriptions, la rudesse du Montana, c’est tout ce que j’aime dans mes lectures américaines. Et il y a comme souvent dans ces romans, du racisme avec les indiens, une fois de plus parqués et presque non reconnus comme hommes en tant que tel. Et bien sûr, il y a les armes, éléments importants dans ce roman.

Voilà donc un grand roman que j’ai dévoré en une journée. Avec un passage dans le monde adulte par la violence et la toute puissance que peut avoir une famille sur une petite ville du Montana. Du coup, jusqu’où aller pour ne pas écorcher l’image de la famille, j’ai adoré la position du père et son choix final.

Bref, encore un Gallmeister que je vous invite à découvrir.

Ma note : 10 / 10

Chronique initialement parue le 18 mars 2021


Une réflexion sur “Montana 1948

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s