Satan dans le désert

Titre : Satan dans le désert

Auteur : Boston Teran

Édition : Gallmeister

Titre original : God Is a Bullet

Traducteur : Éric Holweck

Parution : Le 2 mai 2019

Nombre de pages : 448

Bob Hightower, flic croyant et plutôt terne, sort de sa léthargie le jour où son ex-femme est massacrée avec son compagnon noir, et sa fille Gabi kidnappée.
Pour tenter de la retrouver, Bob accepte l’aide de Case, ex junkie qui porte des cicatrices indélébiles à l’âme et sur le corps. À travers les playas désertiques du Nouveau-Mexique, elle le conduira jusqu’à Cyrus, chef d’une secte satanique dont elle fut jadis la victime. Leur traque fait alterner des scènes atroces, speedées, qui plongent au plus profond de la barbarie humaine, et d’étonnantes conversations sur la foi en Dieu et les justifications morales du passage à l’acte.
Au bout du chemin Bob, dont les certitudes ont volé en éclats, découvrira que le Mal était assis devant sa porte. La prose extrêmement personnelle de Boston Teran, mélange de violence âpre et de lyrisme déchirant, harponne le lecteur avec des dialogues au poignard.

Me revoilà après plusieurs semaines d’absences dues à un épuisement général. Aujourd’hui, je suis en vacances et en Tunisie, à Djerba où avec ma femme nous sommes arrivés hier pour une semaine de farniente. Ce soir, je vous propose donc ma chronique de Satan dans le désert, un roman de Boston Teran lu dans la collection Totem de chez Gallmeister. Il s’agit d’une lecture dans le cadre de mon partenariat avec cette maison d’éditions.

Que dire de ce roman … hormis qu’il est époustouflant par sa noirceur et par la violence qui s’en dégage. Il y a dans ce livre tous les ingrédients pour faire en sorte que cela marche avec moi et c’est effectivement ce qu’il s’est passé, j’ai adoré. C’est une lecture qui ne laisse pas indemne tellement l’ambiance qui s’en dégage est lourde, noire et violente. Cela parle de religion, de drogue, de racisme… Il décrit une Amérique sur le déclin, personne n’est épargné par l’auteur, les mots choisis sont acerbes et crus.

J’ai été happé par cette histoire nous parlant d’une sorte de gourou complètement psychopathe, enlevant une jeune fille et exécutant sa mère et son beau-père dans une scène réellement sordide. Dans laquelle nous allons suivre un duo totalement improbable partant à la recherche de cette jeune fille. Bob, son père, un flic extrêmement croyant et avec l’alcool facile va donc faire équipe avec Case, une ex-junkie et ancienne fidèle du gourou. Ce binôme part donc dans une sorte de road trip sur les traces laissées par les membres de la secte.

Comme vous vous l’imaginez depuis que vous avez commencé à me lire, la violence est reine dans ce roman, et les scènes d’actions, de viols, de drogue et de meurtres ne manquent pas et n’en sont pas exemptées.

En bref, un roman très très noir comme je les aimes, un roman comme seul les américains savent les écrire et encore une pépite dans la collection Totem de chez Gallmeister.

Ma note : 09 / 10

Chronique initialement parue le 1er septembre 2019


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s