Canyons

Titre : Canyons

Auteur : Samuel Western

Édition : Gallmeister

Titre original : Canyons

Traductrice : Juliane Nivelt

Parution : Le 6 juin 2019

Nombre de pages : 224

Idaho, 1970. Ward, sa petite amie Gwen, et Eric, le frère jumeau de cette dernière, partent chasser sous un ciel d’azur. La vie semble sourire à ces trois jeunes gens insouciants à peine sortis de l’adolescence. Mais par un coup cruel du destin Ward tue accidentellement Gwen et anéantit ainsi à tout jamais leur avenir. Vingt-cinq ans plus tard, Ward, abîmé par l’alcool et hanté par le passé, recroise la route d’Eric. Sa rage intérieure a consumé son talent de musicien et fait le vide autour de lui. Le moment est désormais venu pour chacun d’affronter ses démons, et Ward invite Eric à une partie de chasse dans son ranch au pied des Bighorn Mountains. Les deux hommes se préparent alors à une nouvelle expédition : Ward espère y trouver sa rédemption, Eric sa vengeance.

Premier roman pour Samuel Western, encore une pépite dénichée par Gallmeister. Je ne le répèterais jamais assez, mais j’adore la ligne éditoriale de cette maison d’éditions, capable de nous permettre à nous français de découvrir ces magnifiques romans américains et en plus superbement traduits.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce roman mis à part qu’il évoquerait les thèmes du pardon, du deuil et de la rédemption. J’ai tout d’abord été happé par le premier chapitre. Il donne le ton dramatique directement, cela m’a même surpris. Je savais que cela allait se passer, mais aussitôt … J’ai trouvé cela surprenant. Ensuite, il y a beaucoup de dualité dans ce livre, dualité entre les deux hommes, Ward Fall et Éric Lindsay. Dualité entre leurs univers, pour le premier, la nature, la terre, c’est un cowboy et pour le second, la ville, l’argent, le showbiz, c’est un musicien. Pour finir, il y a la dualité dans la manière de gérer le drame commun, l’un est dans le reproche de soi et dans une déprime latente, l’autre est dans l’auto-destruction et dans une perpétuelle colère.

Samuel Western, a réussi à m’embarquer dans les deux univers de ses personnages. J’ai adoré découvrir le monde de la musique, des salles d’enregistrements, de la composition et de tout ce qui peut se cacher derrière un titre ou un album. En même temps, les descriptions du ranch, de la gestion de celui-ci, de la vie commune avec les animaux et de la façon de vivre de la famille Fall avec la mère ayant un rapport important avec sa religion, sont justes parfaites et m’ont réellement plongé dans cette Amérique.

Le point commun entre les deux hommes est la philosophie, nous avons ici deux hommes extrêmement intelligents et cultivés, en quelque sorte un cowboy et un musicien philosophe. Les échanges philosophiques qu’ils ont l’un envers l’autre sont de haut niveaux mais très intéressants.

Alors, je dois avouer que la plume de Samuel Western, m’a beaucoup fait penser à celle de David Vann, tout d’abord par le côté tortueux de la psychologie des personnages, également la relation avec les armes à feu, mais surtout par la tension qui monte crescendo tout au long de la lecture. On sait qu’il va se passer quelque chose de dramatique et Samuel Western, tout comme David Vann arrive à créer chez le lecteur une sorte de peur de tourner la page suivante. Bon par contre, je ne suis pas certain que Monsieur Vann aurait choisi la même conclusion, mais j’ai trop pensé à par exemple Sukkwan Island ou à Goat Mountain à la lecture de Canyons.

Voilà, encore une fois un grand merci à Gallmeister de me permettre de lire de belles pépites de la littérature américaine. Ce roman est vraiment très très bien j’ai adoré.

Ma note : 10 / 10

Chronique initialement parue le 30 juin 2019


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s